Afrique : Désert Médicaux et Innovation Technologique

Afrique Desert Medicaux et Innovation Technologique esanté télémédecine

  • L'E-santé, le grand espoir de l'Afrique
  • La transformation digitale du secteur de la santé
  • The Connected Hospital

On peut avancer qu’en Afrique les transitions environnementales et épidémiologiques précèdent de loin les transitions démographiques comme elles sont connues dans les sociétés développées.

Avec toujours des taux de natalité forts, une amélioration de l’espérance de vie avec l’émergence de nouvelles classes moyennes résultat d’une croissance économique significative, les déterminants socioéconomiques et culturels font des systèmes de santé en Afrique des systèmes mixtes, qui font face à des énormes défis ayant à gérer une large panoplie de pathologies traditionnelles et nouvelles

Devant le grand manque de ressources aussi bien financières qu’humaines, les pouvoirs publics dans la majorité des pays africains sont dans la grande difficulté à développer un système de santé égalitaire et efficient.

L’Afrique compte aujourd’hui environ 24% des personnes malades sur le plan mondial, mais seulement 3% de l’effectif mondial des professionnels de la santé.

On enregistre déjà un manque de 7,2 millions de professionnels de la santé au niveau mondial, ce chiffre atteindra 12,9 millions d’ici 2035.

L’Afrique a elle seule compte un quart du déficit mondial.

En moyenne Afrique on compte 15.1 professionnels de la santé pour 10000 habitants (médecins 2.7/10000 et corps paramédical 12.4/10000), bien au dessous du seuil critique de 23 professionnel de la santé pour 10000 habitant recommandé par l’OMS.

Avec d’énormes disparités entre les pays : Niger 1.6/10000 et Botswana 37.5/10000 par exemple.

L’Afrique subsaharienne compte environ 145 000 médecins (5 % des 2 877 000 médecins en exercice en Europe) pour desservir une population de 821 millions.

Les 47 pays d’Afrique subsaharienne comptent à peine 168 facultés de médecine et, parmi ces pays, 11 ne disposent d’aucune faculté de médecine et 24 n’en ont qu’une seule.

En moyenne à la fin de leur formation, 27.5% des médecins africains émigrent, tandis que 1.6% décident d’arrêter l’exercice de la médecine, ceci dû principalement à des infrastructures inadéquates et à des salaires peu attractifs.

Afrique : Désert Médicaux et Innovation Technologique Afrique : Désert Médicaux et Innovation Technologique 

https://www.linkedin.com/pulse/afrique-d%C3%A9sert-m%C3%A9dicaux-et-innovation-technologique-khalil-daffar/